Alors que la vie quotidienne dans la crise de Corona semble lentement revenir à la normale, derrière le relâchement superficiel se cache le vautour de la faillite extrêmement affamé. À première vue, les chiffres de l'insolvabilité semblent bons, car ils ont chuté de 20 % depuis le début de l'année et même de 65 % en avril. Mais l'impression positive est trompeuse. Cette baisse n'est pas due à la bonne situation économique, mais au blocage juridique du système de recouvrement des créances décrété par le Conseil fédéral et aux congés de recouvrement qui ont suivi et qui ont duré jusqu'au 19 avril. Ces faillites ont été reportées, mais pas levées. À cela s'ajoute l'évolution menaçante de ces derniers mois, au cours desquels divers secteurs ont subi des pertes massives de chiffre d'affaires en raison de l'interdiction par l'État d'organiser des manifestations et des assemblées. Dans de nombreux cas, les prêts Corona ont permis d'éviter une insolvabilité immédiate pour le moment. Néanmoins, Bisnode D&B s'attend à une augmentation massive des faillites d'entreprises dans les mois à venir. Le nombre de start-ups montre également à quel point l'humeur des entrepreneurs est mauvaise. En avril, ce chiffre a chuté de 25 %.

Lisez l'étude :

Faillites et formations en avril 2020 (en allemand)

Distributeur de médias